• Admin

Pulvérisation et poudre : Quelles précautions face à la peinture ?

Les méthodes de peinture par pulvérisation ou par poudre dans le secteur de l'industrie et de la construction présentent certains risques. La prévention de ceux-ci pour le métier de peintre passe par le port impératif d’équipements de protection individuelle conçus pour contrer les effets néfastes liés à la peinture.

Les risques liés à la peinture

Pour la peinture professionnelle, on distingue deux méthodes de pulvérisation des revêtements : la peinture humide et le revêtement puissant.


Le revêtement en poudre, contrairement à la peinture humide classique, ne laisse s’échapper qu’un minimum de Composés Organiques Volatils (COV). Ces composés ne doivent pas être libérés dans les environnements clos, telles les usines.


Les COV sont un danger pour la santé et sont à même de causer des dommages graves sur le corps comme sur l'environnement. L’exposition prolongée aux COV est responsable en effet de maladies respiratoires, cancers et autres dégradations du système nerveux.

La libération réduite de COV avec les revêtements poudre garantit alors un air plus propre et sain. Les environnements industriels doivent cependant être équipés de systèmes d'aspiration et de filtration des poudres. Ce afin de supprimer les excès de poussières et renouveler l'air purifié de l’espace de travail.


Suite à l’aspiration et la filtration, les surplus de poudre peuvent être re-collectés via un tamis spécial pour ensuite être réutilisés et limiter le gaspillage.


Les protections respiratoires


Pour l'application de peinture via un pistolet, le port d’un masque filtrant est indispensable. L’équipement facial doit recouvrir le nez, la bouche et le menton. Le masque anti-poussière de typeFFP2 ou FFP3, contre les poussières ou les grosses particules, convient pour les travaux de ponçage. Ces demi-masques couvrent le nez et la bouche et sont faciles à porter, mais ont une durée d’efficacité limitée à seulement quelques heures. Ils ne sont donc pas à utiliser en présence de substances nocives ou toxiques.


Les protections cutanées


Le contact direct avec les peintures et autres produits chimiques est à éviter à tout prix. Le port de gants de protection est ainsi obligatoire.


On distingue, via un étiquetage, plusieurs taux de risques :

- R27 : très toxique par contact avec la peau

- R24 : toxique par contact avec la peau

- R21 : nocif par contact avec la peau

- R34 : provoque des brûlures

- R35 : provoque de graves brûlures


Les gants sont en conséquence à choisir selon la dangerosité des produits utilisés. La transpiration des mains peut être contrée par des gants dotés d’aération sur le dos et par l’utilisation de talc pour mains. Pour les ports de longues durées, des sous-gants en coton jetables sont conseillés.

Autres protections

Les projections provoquées par la majorité des travaux de peinture sont très corrosives. Ainsi, pour la protection des yeux,lunettes, visières et masques sont recommandés. La protection du corps se passe par le port de vêtements conçus pour les activités de peinture. Soit des combinaisons complètes, soit des tenues résistantes et anti-taches, tout en ayant la versatilité et l’ergonomie de vêtements d’artisans maniant multiples outils.

Les méthodes de peinture par pulvérisation ou par poudre présentent des risques au niveau de la santé. Comme nous venons de le voir, un équipement et des vêtements appropriés sont alors indispensables à la réalisation des peintures dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout