top of page
  • Admin

Militaire : focus sur les lunettes de vision nocturne

Voir de nuit comme en plein jour, voilà un pouvoir surhumain à la portée de tous grâce aux lunettes de vision nocturne, jumelles et autres monoculaires. Utilisés pour la première fois pendant la Seconde Guerre Mondiale, ces dispositifs amplificateurs de lumière résiduelle (ALR) n'ont cessé d'évoluer au fil des ans.

Comment fonctionnent les lunettes de vision nocturnes ?


Les optiques de vision nocturne, également appelés NVG pour « Night Vision Googles », utilisent trois types de technologies :

  • Une technologie dite « passive » : cette technologie amplifie au maximum la lumière résiduelle grâce à un amplificateur de lumière. Ce système donne un rendu de couleur verte et est couramment utilisé par les forces armées.

  • Une technologie dite « active » : ce système utilise l'infrarouge (IR). Cette technologie est réservée principalement aux utilisateurs de type « loisirs ». En effet, dans les situations tactiques, les instruments de l'ennemi peuvent détecter les dispositifs à infrarouge, ce qui compromet la mission.

  • Une utilisation mixte passive/active : certaines lunettes de vision nocturnes combinent ces deux technologies pour fournir des images particulièrement précises et pour plus de polyvalence.

Quelle lunette de vision nocturne choisir ?

Plusieurs critères sont à prendre en compte pour choisir des lunettes de vision nocturne :

  • Le type ;

  • Le zoom ;

  • La taille ;

  • Le poids ;

Comme nous l'avons vu précédemment, les forces armées du monde entier utilisent quasi exclusivement des lunettes de vision nocturne à technologie passive. Selon les missions, les militaires peuvent utiliser différents dispositifs, montés ou non en mains libres, plus ou moins encombrants et lourds, avec des zooms plus ou moins importants.


Les différentes générations de lunettes de vision nocturne


Au fil des ans, différentes générations de tubes amplificateurs de lumière ont vu le jour.

  • Génération 0 : ce sont les premiers dispositifs à avoir été utilisés en situation réelle de combat, lors de la Seconde Guerre mondiale puis lors de la guerre de Corée par les tireurs d'élite de l'armée américaine. Ces dispositifs appelés « sniperscope » utilisaient une technologie active.

  • Génération 1 : ce sont les premiers dispositifs à utiliser une technologie passive qui capte la lumière de la lune. Ils furent utilisés principalement pendant la guerre du Vietnam.

  • Génération 2 : ces dispositifs, eux aussi passifs, permettent d'obtenir une meilleure luminosité pour être utilisé même les nuits sans lune.

  • Génération 3 : ces dispositifs obtiennent, là encore, de meilleurs résultats avec un taux d'amplification allant de 30 000× à 50 000×.

  • Génération 3 de type Omni-VII : deux innovations améliorent les dispositifs de génération 3 sans toutefois pouvoir les qualifier de « génération 4 ». Il s'agit d'une meilleure adaptation aux changements de luminosité et d'une meilleure sensibilité.


770 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page